« L’asile colis est un échange de bons procédés, c’est un canal d’avenir »

Data Fichiers
« L’asile colis est un échange de bons procédés, c’est un canal d’avenir »
15 Mai 2012
Entretien exclusif avec Delphine Martin, gérante d’AMGF (Annie Martin gestion de fichiers)

Quels sont les atouts du mailing papier ?

Un bon mailing ne sera jamais remplacé par un e-mail car la sensation du toucher reste indispensable. Le plaisir de feuilleter les pages d’un catalogue subsiste. Le « print » représente un canal plus haut de gamme, intéressant pour communiquer auprès des clients fidèles qui sont plus attachés à la marque. Tandis que sur internet, il n’y a plus de fidélité car le consommateur zappe.

Avec le papier, l’annonceur peut communiquer davantage de contenu, profiter du support pour enrichir le message et mettre sa marque en valeur. Il en résulte des paniers supérieurs. En outre, de récentes études ont montré l’intérêt des jeunes enseignes pour ce canal.

Comment rendre un plan fichier plus efficace ?

Les stratégies multicanal se développent. J’essaie d’inciter les annonceurs à utiliser plusieurs canaux car il s’agit d’une attente des consommateurs, chacun préférant tel ou tel canal. Je travaille beaucoup sur le postal et un peu sur l’e-mail.

Dans la pratique, il est pertinent d’organiser une campagne de mailing, suivie d’une campagne d’e-mailing, à la fois pour renforcer la notoriété de la marque, la rendre plus visible et pour capter la clientèle qui n’est pas toujours fidèle. La deuxième vague intervient très rapidement après la première,  le surlendemain par exemple car il faut que l’information soit fraîche dans l’esprit du client. Le choix de l’ordre est à la convenance de l’annonceur.

Que pensez-vous du canal “asile colis’’ ?

L’asile colis permet de toucher le client en direct en insérant un encart dans le colis qui lui est livré. Par conséquent, la visibilité du message est assez importante. Son expédition est réalisée à moindre frais car l’annonceur n’a pas besoin de payer le coût d’affranchissement de La Poste, sauf coût postal négocié en cas de message induisant un sur-affranchissement.

Pour développer ce canal, nous démarchons les vépécistes et nous leur demandons leur accord pour accueillir des encarts extérieurs dans leurs envois. En général, les retours sont favorables car les distributeurs sont rémunérés au coût par mille pour ce service. Avec l’essor de la vente à distance et la baisse des volumes en mailing, l’asile colis apparaît comme un canal d’avenir.